Le sentiment d’injustice : à quoi il peut mener!

sentiment d'injustice

Vous est il arrivé de vivre un sentiment d’injustice ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi des situations à la base banales, peuvent prendre une tournure impressionnante, entrainer des réactions paraissant disproportionnées ? Je vous illustre par un exemple de la vie de tout les jours ce qui se trame en toile de fond d’un sentiment d’injustice … lorsqu’une personne a pour valeur principale la justice, elle sera d’autant plus sensible aux situations où elle ne se sent pas respectée.

Imaginez, … Monsieur Dupont se rend au Car Wash, il s’apprête à payer un service pour recevoir en échange une voiture plus propre et plus agréable. Malheureusement, il y a défaut dans le service et le véhicule, plutôt que d’être plus beau, … est endommagé. Non seulement il n’a pas reçu ce pour quoi il a payé, mais en plus, il va devoir payer plus pour les dégâts occasionnés par d’autres. Alors il demande que « justice soit faite » et s’adresse de bonne foi au prestataire de service. Comme la justice fait partie de ses valeurs personnelles, il part avec un apriori positif quant à la suite qui sera réservée à sa demande.

Et là, plusieurs scénarios sont possibles :

Le premier : il adresse sa demande, une fois, deux fois, trois fois, … elle est ignorée. Son sentiment d’injustice ne fait qu’augmenter, car il n’est pas entendu. Il se met en chemin vers d’autres moyens d’être pris en considération par la personne concernée, mais aussi par d’autres.

Deuxième scénario possible
Sa demande est renflouée par un commerçant peu visionnaire, peu soucieux de son image de marque. Un commerçant rigidifié qui se retranche derrière un panneau d’affichage « nous déclinons toutes responsabilités, … ». Un commerçant qui ignore l’utilité de questionner une autre position perceptuelle « qu’est ce que je ressentirais à la place de mon client ».  Là encore, le sentiment d’injustice est bien nourri. Le client commence à évaluer de façon plus large les dommages encourus. Il en fait l’inventaire, et le sentiment d’injustice ne fait que croître. Voilà qu’il réalise que le préjudice est bien plus important : le temps qu’il a perdu à passer des messages dont on accuse pas réception, le véhicule endommagé nuit à son image commerciale, … alors il commence à objectiver, chiffrer, s’intéresse à la procédure légale à suivre, … bref l’escalade est bien amorcée. A ce stade, il n’est pas prêt à faire machine arrière.

Troisième scénario
Sa demande est prise en considération. Le commerçant analyse la situation, prend le temps de se demander ce qu’il ressentirait lui dans la même situation. Le commerçant prend ses responsabilités. Le client se sent entendu, il apprécie cette réaction humaine et parle positivement de l’entreprise autour de lui.

En conclusion : lors du vécu d’un sentiment d’injustice, il y a recherche de réparation. Plus la demande est ignorée et renflouée, plus la personne lésée risque d’aller bien au-delà de ce qu’elle demande à la base. Le fait de ne pas être entendu par l’interlocuteur concerné atise l’envie de déclarer à d’autres, au public. Pain béni pour les réseaux sociaux.  Mais, comme ce n’est pas la personne concernée qui donne réponse, la frustration reste présente et la personne assouvi ce besoin en continuant à crier au monde, déclarer publiquement, toujours plus fort.

La personne lésée qui n’est pas écoutée, risque de réclamer davantage et de trouver les moyens de se rendre justice, parfois en sous-terrain et de manière pas toujours visible (en réponse au fait d’être ignorée).

Pour couper l’herbe sous le pied à ce type d’escalade, dans la relation qu’elle soit commerciale ou autre, il y a d’abord lieu de pouvoir écouter la plainte, y donner suite de façon juste. La meilleure façon d’y parvenir est simple, il suffit de se demander, “qu’est ce que moi, en tant que personne, je ressentirais si j’étais à la place de l’autre?” Ou de s’intéresser à cette maxime

“Traitez les autres comme vous souhaitez l’être”.

{audio}Rdv Vivacité : histoire de vie et vie professionnelle

sylvie honoréJ’ai le plaisir d’être invitée par Sylvie Honoré dans la vie du bon côté ce 24 mai 2018.

Au sommaire de l’émission : une grande question ! Elle a trait à votre vie professionnelle, à vos choix, aux difficultés et aux motivations que vous y rencontrez.
Notre réflexion est axée sur des pratiques de coaching orienté solution.

La page de la Rtbf avec le repaly video : Comment notre histoire de vie influence-t-elle notre vie professionnelle ?

Comment notre histoire de vie influence notre vie professionnelle ?

Ce que nous avons vécu dans l’enfance, nos relations familiales, les opportunités et les épreuves de la vie impactent et influencent : nos choix, notre orientation, notre investissement professionnel.

Tandis que pour certains les événements de vie se transforment en freins, et même en croyances négatives cause d’auto-sabotage, pour d’autres ce sera en forces, en ressources, en booster.

Nous parlerons du burn out, du harcèlement, des relations au travail, ….

Ces dernières sont souvent en lien avec celles que nous avions ou avons avec notre famille d’origine, la posture que nous prenons, le pouvoir que nous donnons à l’autre.

En coaching de vie ou en coaching professionnel, dans un premier temps il s’agit de réaliser, comprendre comment nous sommes influencé par cette histoire de vie, puis d’examiner comment optimiser ce que nous avons vécu pour le transformer en ressources, en potentiel.

Et vous qu’avez-vous observé comme lien entre votre histoire de vie et votre vie professionnelle ? Vos témoignages sont bienvenus !

Hypnose en entreprise

hypnose en entreprise

Hypnose en entreprise,
outil précieux de management !

Savez-vous que l’hypnose en entreprise est une technique de plus en plus utilisée? Entendons-nous, il n’est pas question de proposer un spectacle de Mesmer pour la fête du personnel, … mais bien d’utiliser l’hypnose en entreprise comme outil de motivation, bien-être, amélioration de performance, relation à l’autre, de gestion de crises, gestion du stress, orientation professionnelle …Les séances d’hypnose pourront aussi précéder des moments de travail en équipe comme le brainstorming ou d’autres méthodes d’animation, de dynamique de groupe.

Hypnose en entreprise,
sécurité de base & confiance

Dans le contexte d’une entreprise en crise, en mutation, l’outil hypnose est tout à fait recommandé pour renforcer la sensation de sécurité individuelle de base, la confiance en soi et aux autres. En effet, lorsque le travailleur évolue dans un contexte où ont lieu : licenciements, conflits, réorganisations, sa sensation de sécurité est ébranlée. Cette dernière est reliée  au sentiment de confiance. Hors, s’il y a sensation d’insécurité individuelle, il y a impact négatif au sein de l’ensemble du personnel. Par exemple la personne insécurisée aura davantage tendance à faire courir des rumeurs pour vérifier une information que de s’adresser à la direction, elle n’osera pas “affronter la hiérarchie” pour poser directement ses questions, …Son insécurité personnelle pollue le reste du groupe, avec un impact néfaste sur l’entreprise en terme d’ambiance, de productivité, ..

Objectifs de la pratique de l’hypnose en entreprise

Les interventions visent des objectifs mieux-être à plusieurs niveaux :
Individuel : (re)construire une sécurité de base, travail sur la confiance en soi et vis à vis de l’équipe.
Inter-personnel : la présence et l’implication de l’autre montrent qu’il a envie d’améliorer la situation. Cette considération de l’autre a une influence positive sur le regard porté sur l’autre et agit positivement sur les relations.
Les résultantes positives sont directes pour l’entreprise : amélioration de l’ambiance, de la motivation, de la productivité, …
Pour que ces interventions aboutissent à un résultat optimum, il est nécessaire qu’elles :

  • s’inscrivent dans un programme suivi et évolutif.
  • soient accompagnées d’actions concrètes, dont certaines concertatives

Avantages de l’hypnose en entreprise

  • Adéquation au contexte
    Dans un climat de tensions, le sentiment d’insécurité et de méfiance est peu adéquat pour des interventions où chacun prend la parole, du moins, dans un premier temps. La probabilité de non implication ou d’implications superficielles, politiquement correctes et non authentiques est élevée.
  • L’auto-hypnose permet un travail individuel PROTEGE. Les personnes vivent leur séance dans leur intimité, en toute sécurité.

Inconvénients de l’hypnose en entreprise

Le fait de proposer un atelier d’auto-hypnose, est une invitation à “travailler sur soi”, comme c’est le cas pour les animations relatives à la gestion du stress.
Cela peut être vécu
1) Au niveau des travailleurs, comme :
– culpabilisant : “c’est moi qui ne fonctionne pas bien”,je dois m’adapter,
– décourageant : “si on me demande de travailler sur moi, c’est que rien n’est mis en place pour que mes conditions de travail changent.
2) Au niveau de la direction, comme :
– peu encourageant au changement “ils travaillent sur eux et vont s’adapter”;
– risque de désengagement “même si des propositions de changement concrets sont là, attendons toujours voir l’effet de ces séances”.

Comment l’hypnose en entreprise est présentée aux participants

Il s’agit d’abord d’expliquer ce qu’est l’hypnose, pourquoi son usage est pertinent et les objectifs poursuivis.

       a) Définition
      Afin de démystifier, définir l’hypnose, j’aborde les points suivants :

  • définition : état modifié de conscience
  • l’hypnose est un état naturel,
  • c’est un fait mesurable
    a) par EEG (électro-encéphalogramme) : donne des informations sur les fréquences électriques cérébrales,
    b) par IRM – imagerie par résonance magnétique – informe sur les zones du cerveau activées en état d’hypnose
  • il existe des états d’auto-hypnose, positifs, négatifs, neutres. Je donne des exemples basés sur des phénomènes observés dans l’organisation,
  • les différentes utilisations de l’hypnose : du spectacle à l’intervention chirurgicale, en passant par la thérapie
  • les applications en entreprise : outil de communication, de cohésion, de bien-être, de motivation, de sécurisation, d’amélioration de performances, de développement de soi et de sa relation à l’autre, ….
  • l’hypnose n’est pas de la relaxation
  • ce travail sur soi ne signifie pas que des mesures ne doivent être prise au sein de l’organisation (voir chapitre “inconvénients”

    b)
    Pourquoi travailler la sécurité et la confiance en hypnose ?Le travail en hypnose :
  • agit au niveau de l’inconscient, à des niveaux bien plus profonds que ceux de l’intellectualisation et du raisonnement,
  • permet de ne pas “s’exposer à l’autre” par le verbal,
  • contribue, via les suggestions, à modifier des représentations et des comportements inconfortables à nuisibles.

Sur base d’une séance commune à plusieurs personnes, chacun interprète et métabolise le contenu à son rythme et à sa façon.

          c) Objectifs des ateliers d’auto-hypnose
Ils ont pour but d’agir positivement sur :
– le sentiment de sécurité de base,
– la confiance en soi,
– la confiance vis à vis des autres, au sein de l’organisation

En conclusion, l’hypnose en entreprise :

  • est un outil de management de choix
  • est un dispositif d’intervention souple, progressif, respecteux
  • permet de s’adapter aux différentes formes de besoins d’amélioration
  • est modulable pour une grande variété de projets d’entreprises et d’organisation

Marie-Pierre Preud’homme, consultante et coach bien-être propose des interventions en entreprise intégrant l’hypnose et des formations en Hypnose.